close× Call Us
close×
EGAP Chercheurs Principaux: Simon Chauchard, Neelanjan Sircar
Lieu: Inde

Registration: 20150925AA

Dates d’Intervention: automne 2015, durant les élections de l'État

Contexte: Les électeurs de l'État du Bihâr, au nord de l'Inde, ne s’intéressent pas beaucoup aux antécédents des candidats. Ceci en partie parce que la région a toujours été un "nid" de politiciens criminels et de corruption, à cela il faut ajouter le manque d'information qui a permis une réélection fréquente de mauvais candidats. Cette étude tente de prouver quel type d'intervention et quelle variété d'individus politiquement importants peuvent transmettre cette information, et peuvent arriver à faire augmenter les comptes rendus contre les politiciens "criminels".

Conception de la Recherche: L'information sera transmise à un pourcentage variable d'électeurs dans les différents districts électoraux (0%, 25% et 75%) dans le contexte d'une campagne porte à porte réalisée par les enquêteurs de notre partenaire du projet. L'information fournie aux électeurs concernera tous les candidats et se centrera sur les accusations de délits  financiers commis par ces candidats (nous nous centrerons sur les délits pouvant avoir conduit à une perte nette du trésor public). Même si une brochure sera livrée lors de la campagne électorale, les enquêteurs résumeront l'information aux électeurs.  Une branche alternative testera l'effet de la campagne porte à porte, lors de laquelle un individu visitera chaque foyer du district électoral et tentera de communiquer de vive voix l'information pertinente à tous les électeurs présents. Compte tenu de la différence de format et du pourcentage des électeurs informés, quelles seront les voies par lesquelles les interventions informationnelles peuvent être améliorées et acceptées dans le contexte indien?

Hypothèses:
  • De nombreux électeurs connaissent déjà les fautes  délictuelles des candidats, mais ils préfèrent ne pas les punir parce qu’ils ne considèrent pas cette information importante ou ne valorisent pas la criminalité.